Entretien avec Mohamed, réfugié soudanais et apprenant en formation « Développeur.se web – Java Script »

Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin

Mohamed est réfugié soudanais, il a 35 ans et vit en France depuis 5 ans. Dans le cadre du programme Welcode, il a suivi deux mois intensifs de cours de français à l’Alliance Française avant de commencer la formation  de 7 mois “Développeur.se web – Java Script” à la Fabrique de Nanterre, fin mai 2019. 

Comment avez-vous connu Simplon ? 

J’ai connu Simplon grâce à un ami qui y a déjà suivi une formation. J’étais déjà intéressé par le code, j’ai cherché sur internet, j’ai essayé de m’inscrire dans d’autres écoles. Mais on m’a parlé de Simplon, et dit que l’inscription était gratuite. 

Commence se passe le début de la formation technique ?

Le début, c’était un peu dur, parce qu’on n’est pas habitué à trouver des solutions par nous-mêmes. Le formateur nous a appris à chercher, à faire l’effort de chercher les informations. C’est bien, parce qu’on a appris à chercher des solutions. Et on partage les expériences entre nous. 

Vous aviez déjà travaillé dans les métiers du numérique auparavant ? 

Non. J’ai commencé à chercher il y a plusieurs mois sur les sites et les plateformes, comme Codecademy, Sololearn… Et je suis intéressé par ce domaine, c’est pour cela que je suis cette formation chez Simplon. 

Avant, vous faisiez autre chose ?

Oui, je suis ingénieur. J’ai eu un diplôme d’ingénieur pétrolier, avant au Soudan. Malheureusement, je n’ai pas travaillé dans mon domaine parce qu’il y a eu la guerre. J’ai quitté mon pays en 2013. Quand je suis venu en France, j’ai travaillé comme manœuvre dans les travaux publics, dans le bâtiment et la construction. Et j’ai décidé de changer de métier, parce que je trouve que le numérique est plus proche de mon domaine que les travaux publics. 

Comment se sont passés les cours de français à l’Alliance Française ?

C’était bien. J’ai suivi des cours de français pendant deux mois. 

Avez-vous progressé ? Qu’est-ce qui vous a plu dans les cours ? 

Oui, j’espère. Je trouve que je parle mieux qu’avant. À l’Alliance Française, ils nous ont appris la compréhension orale, la compréhension écrite, les dialogues, on a parlé de sujets de société, de ce qu’on a vu la télé… C’était très intéressant. Parce qu’on a tous des origines différentes, on a partagé nos cultures… Ça s’est bien passé.

Et les cours de français actuellement ? 

C’est 4 heures par semaine, c’est bien, on a travaillé sur les CV, [Assia, la professeure de français] nous donne des exercices pour progresser. 

Avez-vous fait connaissance avec les autres personnes du programme Welcode ? 

Oui, on est ensemble depuis plus de 3 mois. On était ensemble à l’Alliance Française, on a passé l’entretien chez Simplon avant de commencer… et bien sûr, on est ensemble pendant les cours avec Assia. 

La formation “dev web” vous a permis de rencontrer d’autres apprenants dans la promotion ? 

Oui, aujourd’hui, c’est la deuxième semaine, mais je sens que je suis avec eux depuis plus d’un an. C’est vrai, parce qu’on partage, on change de place. Si on s’installe à une place le matin, on change de place l’après-midi. Et donc, bien sûr, je reste avec un autre groupe, comme ça on partage, on crée des relations avec tout le monde. Si avez besoin d’aide, vous pouvez demander à n’importe qui, pas à des personnes précises. 

Avez-vous d’autres choses à ajouter ? Un message à faire passer ?

Je trouve que le programme Welcode est efficace, c’est bien pour les personnes réfugiées. Parce que les réfugiés n’ont pas d’opportunités comme les citoyens, ou comme les personnes qui parlent français. C’est un programme très important et j’espère qu’il va continuer et prendre d’autres personnes. 

Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *