Simplon Justice

Au travers de ses études, l’Observatoire international des prisons démontre qu’une large proportion de personnes détenues est issue d’un milieu défavorisé et connaît une situation de grande précarité. L’incarcération est souvent le résultat d’un long processus de désaffiliation par lequel les personnes s’éloignent des systèmes sociaux. Ainsi, 48 % des personnes détenues n’ont aucun diplôme et 50 % aucune activité professionnelle au moment de leur incarcération, ces différents mécanismes perdurant malheureusement en détention (1). Face à ces constats, la transition entre dedans et dehors demeure généralement peu accompagnée et surtout mal préparée. Moins de 2 personnes détenues sur 10 sortent avec un projet d’insertion, et ce sont souvent les personnes les moins ‘désinsérées’ qui en bénéficient (2). Ainsi, comme l’a relevé la Cour des Comptes, ce sont les « personnes les plus fragiles » qui « se trouvent guidées vers une sortie sèche (3) », sans soutien.

Une telle situation s’illustre sans surprise dans le domaine du numérique, qui reste encore inaccessible pour de larges franges de la population française. Bien que l’utilisation de l’ordinateur et d’internet progresse en France, un tiers de la population n’est toujours pas équipé. Cette fracture numérique touche principalement les plus de 60 ans, les habitants de zones rurales, et les victimes des inégalités sociales et culturelles. Aux causes d’exclusion bien connues tels que le chômage, le faible niveau d’instruction, l’isolement, les mauvaises conditions de vie… vient ainsi s’ajouter la difficulté d’accéder au numérique. Dans une société se voulant inclusive, le numérique peut pourtant être un levier d’insertion sociale et professionnelle puissant.

Guidé par cette croyance Simplon développe le projet Dans les murs, afin d’inclure les personnes placées sous main de justice dans ses actions. Il s’agit pour nous d’œuvrer vers davantage de justice sociale en utlisant les nouvelles technologies comme outils d’émancipation.

Note :

(1)  Observatoire international des prisons « Qui sont les personnes incarcérées? »
(2)  Observatoire international des prisons, « Préparation à la sortie »
( 3)  Cour des Comptes, « Rapport public thématique. Le service public pénitentiaire : prévenir la récidive, gérer la vie carcérale »

Le projet

Ateliers- pilotes d’initiation au code

En mars et avril 2017, des ateliers d’initiation au code et à la pensée informatique se sont déroulés auprès d’une vingtaine de personnes détenues au sein de la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Au programme pour ce public réceptif et motivé : démystification de la machine, initiation déconnectée au HTML/CSS, jeux autour du code… A l’issue de ces sessions, les apprenants ont évoqué leur souhait de poursuivre cette initiation et même pour certains de rejoindre une formation aux métiers techniques du numérique.

La suite du projet restant dépendante du mécénat, nous avons aujourd’hui besoin de vous pour concrétiser leurs aspirations et déployer nos actions !

  • 2 ateliers pilotes
  • 6h de sensibilisation et d’initiation
  • 19 participants

Votre contact

Marie Caya

Chargée de développement

mcaya@simplon.co