Ruby On Rails n’est pas mort, il bouge encore sur @openclassrooms grâce à @simplonco

Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+

En septembre 2015, le co-fondateur de Scribd Jared Friedman a publié un article intitulé « Pourquoi je n’utiliserai plus Rails pour une nouvelle entreprise ». Autant dire que cela a fait du bruit dans la communauté !

Les arguments sont les suivants :
– Rails évolue moins vite qu’avant
– Ruby est lent, notamment comparé à la machine virtuelle HHVM pour PHP
– Il faut anticiper ce que les bons développeurs auront envie d’utiliser dans 3 ans, il n’est pas sûr que ce sera encore Rails.

Ces points sont justes. Mais, à titre personnel, je n’en tire pas les mêmes conclusions.

# Rails évolue moins vite qu’avant
Rails est mature. Il a été confronté à la réalité des besoins des entreprises. L’état de l’art en Rails est bien défini, il est possible de jauger facilement la qualité programmationnelle d’une application. Rails n’offre plus de surprise, on sait à quoi s’attendre. Nécessairement, la frénésie qu’a connu Rails à ses débuts n’est plus là.

# Ruby est lent
C’est une remarque que j’entends souvent et j’en suis toujours surpris. Oui, Ruby est plus lent que la HHVM. Interrogez quelques développeurs et startup qui utilisent PHP autour de vous : utilisent-ils la HHVM ? C’est peu probable. La raison est simple : optimiser les performance d’une application à l’échelle de son langage n’est pertinent que tardivement. Car avant ça, il faut gérer les latences réseaux, sa base de données, son cache et mille autre choses. C’est valable pour tous les langages.

Je souhaite sincèrement à toute startup d’un jour être confronté au problème de performance de Ruby. Parce que si vous les rencontrez, il y a de bonne chance pour que vous ayez tellement de clients que changer d’infrastructure ne soit plus un problème. C’est le chemin qu’a suivi Twitter – et ils ne semblent pas le regretter.

# Il faut anticiper
J’adhère à l’épilogue de cet article.

Plutôt que de réfléchir à ce qu’aimeront les ingénieurs dans trois ans, satisfaisez vos clients aujourd’hui. Si vous faites du Web, Rails fait parti des très bonnes réponses.

Et si vous voulez apprendre Rails, inscrivez-vous sur le cours que j’ai fait pour Simplon sur OpenClassrooms et qui démarre bientôt :

Capture d’écran 2015-10-17 à 00.12.00

Julien
(formateur Simplon à Montreuil)

Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *