Refugeeks : accompagner les personnes réfugiées vers de vrais jobs qualifiés

Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+

Refugeeks :  accompagner les personnes réfugiées vers de vrais jobs qualifiés

par Theo Biddulph, responsable du programme Refugeeks chez Simplon.co

Aujourd’hui en France, les personnes réfugiées exercent rarement des métiers en lien avec leur domaine de compétences et leur formation initiale. En effet, leurs diplômes et expériences professionnelles ne sont que rarement reconnus. Ainsi, elles sont le plus souvent orientées vers des emplois en tension mais faiblement qualifiés qui ne leur permettent pas de trouver un métier en lien avec leurs compétences.

Permettre aux personnes réfugiées d’exercer des métiers qualifiés, en lien avec leur formation initiale, leurs appétences et domaines de compétence, est doublement pertinent. Une telle approche contribue d’une part à répondre au déficit de ressources humaines dans le secteur du numérique et donc recoupe un intérêt économique. Elle contribue, d’autre part, à infuser une mixité sociale au sein des entreprises, bénéfique pour l’inclusion sociale des personnes réfugiées mais également pour la performance des équipes.

En 2016, les équipes de Simplon.co – en lien avec l’association Singa – , souhaitant agir pour mieux accueillir les personnes réfugiées en France et, convaincues de l’intérêt sociétal à améliorer l’inclusion socioprofessionnelle des personnes réfugiées, ont voulu faire bouger les lignes en ce sens ; quitte à devancer le législateur. C’est ainsi que Simplon.co et ses partenaires ont lancé le programme Refugeeks.

Jongler entre cours, problèmes de logement et apprentissage de la langue

Le réseau de centres de formation Simplon.co s’est spécialisé dans la formation de personnes éloignés de l’emploi, en majorité de niveau bac et infra-bac, aux métiers techniques du numérique, lesquels donnent accès à des postes de niveau bac+2. Dans une société où l’on rappelle encore même après 20 ans de carrière la grande école qu’on a faite quand on se présente, et où les études informatiques sont longtemps restées la chasse gardée des écoles d’ingénieurs, il fallait oser. Bien nous en a pris : 77% des apprenants de Simplon.co décrochent un emploi dans les 6 mois qui suivent la fin de leur formation.

Ce succès, toutefois, ne va pas de soi et encore moins en ce qui concernent les personnes réfugiées.

Les formations Simplon.co, en effet, sont intensives et requièrent des apprenant.e.s qu’ils se consacrent entièrement au code. Chose beaucoup plus difficile pour une personne réfugiée en formation qui devra certes apprendre le code informatique, mais également les codes sociaux, les codes de la recherche d’emploi et très souvent aussi la langue française ; le tout dans un contexte administratif compliqué, particulièrement en ce qui concerne le logement. Suivre une formation intensive chez Simplon.co nécessite ainsi une gymnastique mentale complexe :

Être réfugié ici, à Simplon et plus globalement en France, c’est une grande mobilisation mentale. La culture française, je ne connais pas encore. J’ai des réflexes que les autres ne comprennent pas et que moi je trouve tout à fait normaux. En fait, je me suis dit que j’apprends en si peu de temps, en fait mon cerveau tourne dix fois plus vite pour m’adapter, connaître les villes, les communes, les institutions, les institutions politiques […] Il y a beaucoup de choses. Il faut que ça tourne très vite. (Un ancien apprenant)

Refugeeks : des cours de code mais… pas que !

Pour réussir leur formation, les personnes réfugiées ont donc besoin d’un accompagnement qui dépasse les dispositifs de droit commun auxquels ils ont accès une fois leur statut de réfugié obtenu.  

Dès lors, le programme Refugeeks va bien au-delà des cours de code. Il fait en effet intervenir de nombreux acteurs de l’ESS et de la société civile qui accompagnent les apprenants réfugiés dans leurs démarches administratives mais également dans leur apprentissage du français et des codes de l’entreprise.

Dans le cadre du programme Refugeeks, Simplon.co travaille notamment avec l’Alliance française qui dispense aux futurs apprenant.e.s réfugiés des cours de français de qualité qui complètent les 200 heures qui leur sont actuellement proposées après signature du CIR (Contrat d’Intégration Républicaine). Assia, professeur de français, qui intervient sur le programme Refugeeks depuis le début, prend ensuite le relai de l’Alliance française en dispensant des cours de français professionnel aux apprenant.e.s réfugiés en cours de  formation chez Simplon.co. Nos entreprises partenaires, notamment Total, BNP Paribas, Accenture, accompagnent enfin les apprenant.e.s dans leur parcours d’insertion professionnelle.  

En faveur des formations mixtes

Bien que cet accompagnement spécifique soit indispensable pour les apprenant.e.s réfugié.e.s, il convient de se prémunir contre la tentation de proposer des dispositifs réservés et exclusifs.

Conçu à l’origine comme une formation uniquement à destination de personnes réfugiées, le programme Refugeeks, dans son format non mixte, a été rapidement mis en question aussi bien par l’évaluation externe du programme que par les apprenant.e.s : les apprenant.e.s se sentaient, avec raison, stigmatisé.e.s d’appartenir à une formation réservée aux personnes réfugiées et regrettaient le fait de pas pouvoir interagir avec des apprenant.e.s francophones.

La majorité des apprenant.e.s réfugié.e.s qui intègrent le programme Refugeeks vivent en effet en Centre d’Accueil Demandeurs d’Asile (CADA) ou foyer et, ont rarement la possibilité d’échanger en dehors de ce cadre.

Le programme a donc radicalement changé : les personnes réfugiées ont intégré des formations classiques de Simplon.co et les cours de français renforcés pour les apprenant.e.s en cours de formation.

Cette approche va au-delà d’une volonté de ne pas stigmatiser les personnes réfugiées par rapport à leur statut administratif. Il s’agit surtout d’une immersion linguistique et sociale. Le français, si important pour la réussite de la formation et l’insertion professionnelle, devient omniprésent et obligatoire. La formation devient lieu de rencontre avec les autres apprenant.e.s, l’occasion d’apprendre plus que le code :

Pour les réfugiés [chez Simplon.co], l’apprentissage ne relève pas seulement de la programmation, mais plus globalement des codes socio-culturels, de l’organisation socio-administrative, de l’organisation de l’espace. (Dana Diminescu, Directrice du Diaspora Lab, Télécom ParisTech)

Le programme Refugeeks, dans son format mixte et multipartenarial, permet ainsi aux apprenant.e.s d’acquérir une partie du capital social et culturel qui, souvent, manque aux personnes réfugiées, particulièrement quand l’obtention du statut est récente. Dans une optique de recherche d’emploi, ces apports sont cruciaux.  La preuve, c’est que ça marche : le taux de sorties positives vers l’emploi et formation est de 70% 6 mois après la formation.

Chez Simplon.co, on est très fier du programme Refugeeks qu’on a expérimenté, ajusté, et adapté pour aller chercher un maximum d’impact dans une dynamique de partenariat fort avec les entreprises recruteurs, les acteurs de l’accompagnement social des personnes réfugiées, les acteurs publics et les personnes réfugiées elles-mêmes.

Fort de notre impact en Ile-de-France, nous avons initié le déploiement du dispositif Refugeeks au sein du réseau des Fabriques Simplon.co en France et à l’international. Au bout de quelques mois, des Fabriques Simplon.co accueillent déjà des personnes réfugiées à Pau, Lille, Lyon, Barcelone. Notre objectif : que chaque Fabrique du réseau Simplon.co s’approprie les outils du programme Refugeeks pour intégrer des personnes réfugiées dans chacune de ses formations. C’est un objectif ambitieux – le réseau Simplon.co inclut déjà 42 Fabriques en France, en Europe et dans le monde. Pour l’atteindre, nous aurons besoin d’un engagement fort des acteurs du terrain, des acteurs publics et des entreprises qui jouent un rôle clé dans le financement des parcours de formation, et le recrutement, des personnes réfugiées.

Le programme Refugeeks ne pourrait exister sans le soutien fort de nos partenaires engagés :

Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *